Santé

Distribution de masques à Sceaux : une politique globale de santé publique

À Sceaux, les nombreuses initiatives bénévoles ainsi que celles de la Ville pour rendre les masques barrières disponibles au plus grand nombre participent d’une politique cohérente de santé publique. Retour sur un mois de mobilisation inédite de la part de la Ville et de tous les Scéens.

Depuis le début de la crise sanitaire, s’appuyant sur les recommandations de médecins scéens et de l’Académie de médecine dont l’un des adjoints au maire est membre, la ville de Sceaux a été convaincue que le port d’un masque barrière grand public était une mesure efficace et nécessaire pour ralentir l’épidémie. Lorsqu’il s’est avéré que l’État ne prenait pas d’initiative, alors même qu’un relâchement du confinement était observé chez certains citoyens, la Ville a décidé d’agir dans un objectif cohérent de santé publique. Au même moment, de nombreuses initiatives bénévoles pour fabriquer masques et visières fleurissaient à Sceaux, notamment au sein du réseau municipal Sceaux-lidaires. 

4 mai : début de la distribution complémentaire de masques pour les foyers de deux personnes ou plus

Du 4 au 7 mai, la Ville organise une distribution en points de retrait pour permettre aux foyers de deux personnes ou plus d’acquérir des masques complémentaires, selon des conditions détaillées dans le courrier envoyé aux Scéens. La distribution respectera scrupuleusement les règles de précaution sanitaire.

30 avril : distribution des 30 000 masques en tissu commandés par la Ville auprès des Scéens

Du 30 avril au 2 mai, la Ville a distribué un masque en tissu réutilisable dans les boîtes aux lettres de chaque foyer scéen, accompagné d’une notice explicative. Ces masques grand public, qui ne remplacent pas les masques professionnels distribués par ailleurs, sont destinés à protéger l’interlocuteur de celui qui le porte en évitant le nuage de postillons émis lors de la parole, de la toux ou de l’éternuement, voire de la simple respiration. Ils permettent de filtrer 70 à 95 % des gouttelettes émises. Au-delà de leur participation active au ralentissement de la propagation du virus, ils marquent pour celle ou celui qui le porte une volonté altruiste de protéger les autres. Si tout le monde en porte un, la contagion est très fortement limitée.

29 avril : préparation à la distribution des masques

Les agents municipaux se mobilisent pour mettre sous plis les 10 000 masques et une notice d’information à l’attention de chaque foyer Scéen.

24 avril : 16 000 masques chirurgicaux pour les professionnels exposés

Le 24 avril, la Ville reçoit livraison de 16 000 masques chirurgicaux provenant de la commande groupée effectuée avec le territoire Vallée Sud-Grand Paris. Ces masques sont destinés aux professionnels et personnes en contact avec le public.

16 avril : distribution de masques alternatifs pour les personnes fragiles

La production de masques artisanaux se développe, malgré les difficultés d’approvisionnement de matériel (fils et élastiques) liées notamment à la fermeture de la mercerie. Le maire intervient auprès du préfet à plusieurs reprises pour sa réouverture. Celle-ci a finalement lieu le 25 avril. Environ 500 masques barrières sont produits et distribués par un réseau de bénévoles Sceaux-lidaires dans toute la ville.  Pour permettre aux personnes fragiles de se protéger au mieux, la Ville centralise la distribution de ces masques disponibles en quantité limitée. Ils sont livrés par des bénévoles, prenant toutes les précautions sanitaires nécessaires, aux personnes ayant des antécédents médicaux, souffrant de maladies chroniques ou âgées de plus de 70 ans (retrouvez la liste complète des personnes concernées ici).

> Pour en bénéficier, contactez la Ville au 01 41 13 33 00.

6 avril : un arrêté pour obliger à se protéger la bouche et le nez dans l’espace public

Le 6 avril, Philippe Laurent, maire de Sceaux, décide en conséquence de prendre un arrêté prescrivant le port obligatoire d’une « protection de la bouche et du nez » par tout moyen pour les personnes de plus de 10 ans. Il encourage dès lors la production de masques artisanaux pour les personnes fragiles et initie la commande de 30 000 masques en tissu réutilisables pour les distribuer à tous les Scéens.

Le 9 avril, l’arrêté est suspendu par la juge des référés de Cergy-Pontoise, l’affaire ayant été portée devant la justice à l’initiative de la Ligue des droits de l’homme, qui jugeait la mesure attentatoire « aux droits et libertés fondamentales ». L’arrêté n’a été applicable que deux jours. Aussitôt, Philippe Laurent décide d’interjeter appel de cette décision devant le Conseil d’État.

Le 17 avril, le Conseil d’État rejette le recours de Philippe Laurent. Le maire de Sceaux regrette publiquement une décision « absurde et incohérente » allant « à l’encontre du maintien de la salubrité publique ».

4 avril : une forte densité de foule constatée dans le centre-ville de Sceaux

À la suite de l’évocation prématurée de la notion de « déconfinement » par le Premier ministre lors d’une réunion à l’Assemblée nationale, un relâchement préoccupant du confinement est observé dans les rues de Sceaux, comme un peu partout en France. Dans le même temps, l’Académie de médecine publie un avis demandant clairement le port d’une protection pour tous dans l’espace public. Une protection destinée à protéger l’autre et qualifiée d’« altruiste ».

2 avril : plus de 7000 masques distribués aux professionnels de santé

Dès le 2 avril, la Ville récupère 1100 masques de protection auprès de particuliers et de lycées gérés par la région Île-de-France, auxquels s’ajoutent 6000 masques offerts par la Région le 10 avril. Ces masques sont immédiatement distribués aux professionnels de santé, pharmacies scéennes et agents publics en présence permanente avec le public.

Ainsi, bien avant le 11 mai, chaque Scéen disposera d’un masque barrière lavable et réutilisable en moyenne 20 fois, lui permettant de protéger les autres pendant plusieurs semaines lors de ses sorties quotidiennes. Ensuite, la production et la diffusion de ce type de masques par différents commerces – ou les fabrications maison - devraient suffire à pourvoir au remplacement des masques usés.

Et la suite ?

La Ville a commandé 10 000 masques FFP2 destinés aux professionnels de santé et personnels municipaux en lien avec des enfants. Ces masques devraient être livrés vers le 5 mai.

D’autre part, la Ville a commandé 2000 masques pédiatriques en tissu à destination des enfants. Ils devraient être livrés avant le 11 mai et pourront être mis à disposition des enfants dans les écoles ou remis aux parents qui le souhaiteront selon des modalités restant à préciser.

De nombreuses autres initiatives solidaires

De nombreux Scéens et Scéennes se mobilisent depuis le début du confinement pour fabriquer des masques artisanaux et les distribuer autour d’eux. Parmi ces initiatives, citons le Centre social et culturel des Blagis (CSCB) qui lance un appel sur son site internet pour doter en masques le personnel non soignant d’un service hospitalier.

Par ailleurs, une « filière » de production de visières réalisées localement par des Scéens avec des imprimantes 3D permet également de doter les commerçants et agents d’accueil. Plus de 200 visières sont ainsi distribuées depuis début avril.